Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Madagascar 2020 Action contre la Faim © Action contre la Faim Madagascar

Publication

Lutte contre la pandémie de la Covid-19

10 préconisations pour remédier aux carences de solidarité

« En janvier, j’ai déclaré que le monde était au bord d’un échec moral catastrophique si des
mesures urgentes n’étaient pas prises pour assurer une distribution équitable des vaccins anti Covid. Nous avons les moyens d’éviter cet échec, mais il est choquant de constater à quel point peu de choses ont été faites pour l’éviter. […] L’écart entre le nombre de vaccins administrés dans les pays riches et le nombre de vaccins administrés via Covax se creuse et devient chaque jour plus grotesque », C’est en ces termes que le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, s’est exprimé en conférence de presse le 22 mars dernier¹.

En mars 2021, 123 millions de personnes avaient été infectées par la maladie à Coronavirus et plus de 2,7 millions de personnes en étaient décédées². Cette pandémie mondiale marque un coup d’arrêt aux efforts de lutte contre la pauvreté et les inégalités à l’échelle mondiale, en particulier en matière d’inégalités entre les femmes et les hommes. Les Nations Unies alertent qu’en seulement douze mois, on pourrait perdre les progrès réalisés ces vingt-cinq dernières années en matière de droits des femmes. Des études estiment que l’interruption des services de santé de base pourrait entraîner entre 12 000 et 56 000 décès maternels additionnels sur 6 mois dans 118 pays³.

Comme le Directeur général de l’OMS et la présidente de la Commission européenne, Ursula von
der Leyen, le rappelaient : “Pour mettre fin à une pandémie d’une telle ampleur, nous avons besoin d’un effort mondial. L’accès mondial aux vaccins, aux tests et aux traitements contre le coronavirus pour tous ceux qui en ont besoin, partout sur la planète, n’est pas seulement une exigence morale, mais également la solution la plus efficace en matière de santé publique*”.

Le développement des variants en est une illustration. La fin de la pandémie n’est pas possible
uniquement au niveau français ou même européen, il est urgent de renforcer la réponse globale.
Il est dans l’intérêt de tou.te.s de veiller à ce que chaque être humain soit vacciné, car la distribution mondiale de vaccins est le moyen le plus efficace de réduire la capacité du virus à se répliquer et à évoluer. Une attention spécifique doit être portée aux populations les plus vulnérables et marginalisées, et aux personnes vivant dans des contextes de crises humanitaires.

Or, tandis que la pandémie continue de sévir partout autour du monde et se développe dans
certaines régions encore relativement épargnées, les moyens de lutter contre le virus et sa
propagation sont bien insuffisants et trop inéquitablement répartis. Pendant que les campagnes
de vaccination s’accélèrent en Europe ou aux Etats-Unis, des chercheurs estiment que dans les
pays les plus pauvres il faudra attendre au moins 20245 pour que l’immunisation de masse soit
atteinte.

Il y a un an, le 11 mars 2020, l’OMS qualifiait officiellement la maladie à Coronavirus comme 
pandémie mondiale. Un an après, le Collectif Santé Mondiale présente ici des pistes d’actions
pour lutter plus efficacement contre la pandémie au niveau mondial. 

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.