Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Cameroun agroecologie action contre la faim © Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

Communiqués de presse

Rapport

Une étude pointe les financements français à l’international en faveur de l’agro-industrie au détriment de l’agroécologie

Ainsi, seuls 13,3% des soutiens financiers français en question sont orientés vers l’agroécologie tandis que 23,6% d’entre eux favorisent majoritairement le modèle agro-industriel. A l’approche du vote du Projet de loi de programmation relatif au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales (LOP-DSIM), les trois ONG réclament une plus grande transparence, une plus grande cohérence et une réorientation massive des financements français internationaux en faveur de l’agroécologie.

Pauline Verrière, responsable du plaidoyer Systèmes alimentaires et crise climatique à Action contre la Faim « L’exercice de recherche et d’analyse réalisé par nos organisations a été un véritable défi, notamment du fait du manque de transparence et de redevabilité des institutions françaises. Cette transparence est pourtant indispensable pour s’assurer de l’alignement entre les orientations politiques décidées par la France et l’allocation effective de ses soutiens financiers. Il s’agit ni plus ni moins des éléments de base d’une saine démocratie. »

Hélène Botreau, chargée de plaidoyer sécurité alimentaire et agriculture à Oxfam France « Alors que la France porte des positions ambitieuses sur l’agroécologie à l’international, il est regrettable que ces priorités ne se retrouvent pas dans les soutiens financiers. La transition agroécologique est inéluctable pour faire face aux défis sociaux, économiques et environnementaux de notre système agricole et alimentaire, et la France doit ré-orienter ses financements en ce sens, et se montrer à la hauteur de l’urgence. »

Valentin Brochard, chargé de plaidoyer Souveraineté Alimentaire au CCFD-Terre Solidaire : « Alors qu’une nouvelle loi sur le développement (LOP-DSIM) va être votée à l’assemblée nationale dans les prochaines semaines, il est urgent que la France se donne les moyens de mettre en cohérence ses investissements agricoles à l’étranger avec ses priorités de développement. Depuis 10 ans, notre pays détruit d’une main ce qu’il construit de l’autre. Cette ambivalence inacceptable est contreproductive pour les pays en développement et fait le jeu de la hausse de l’insécurité alimentaire depuis cinq ans. Il est grand temps d’y remédier. »

 


Méthodologie de l’étude :

L’étude porte sur 10 années de financements agricoles français (2009-2018) distribués par huit institutions (AFD et sa filiale Proparco, ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, ministère de l’Économie et des Finances, ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, ministère de l’Éducation nationale, ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’innovation et Bpifrance) à destination des pays en développement. 9571 lignes de projets et 2513 projets représentant 5,8 milliards d’euros ont été passés au crible avec le soutien d’un cabinet d’étude indépendant (le BASIC). 

Contacts presse

Agence OZINFOS : Amine Moussaoui : 06 27 26 49 64
Elise Naccarato, Oxfam France, Responsable Campagne Climat et Sécurité Alimentaire : 06 17 34 85 68
Lorena Rodriguez Alvarez, Action contre la Faim, Responsable Mobilisation et Campagnes : 07 55 31 55 03
Sophie Rebours, CCFD Terre Solidaire Responsable Relation médias : 07 61 37 38 65

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.