Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

haiti11_0-1.jpg

Communiqués de presse

En direct d'Haïti

Mercredi 13 janvier 2010

haiti11_0-1.jpg

Minuit Port-au-Prince / 06h00 Paris

Florence envoie un e-mail à tous les directeurs pour les informer que l’équipe va bien et leur demander de se mobiliser chacun dans leurs parties. Erland, directeur logistique, sur l’état des stocks, Gilles, directeur financier, sur la mise à disposition d’argent et Catherine DRH pour appeler les familles de nos équipes, Valérie pour mobiliser des fonds privés.

01h00 Port-au-Prince / 07h00 Paris

Florence et Isabelle se retrouvent et discutent des actions à mener sur la base des expériences passées (tremblement de terre à BAM en Iran, celui du Pakistan et le Tsunami…). Priorité des besoins, quel dimensionnement de la réponse, quelle erreurs ne pas reproduire…  Elles se proposent d’intégrer Rebecca, la référente nutrition du siège, dans leurs réflexion car Reb’ était dans la première équipe présentes à BAM, après le tremblement de terre.

Florence discute avec son homologue d’ACF à Madrid de la possibilité qu’il mette à disposition ses équipes d’urgence et le stock de produits qu’il a à Panama.

02h00 Port-au-Prince / 08h00 Paris

Toutes les équipes opérationnelles arrivent au siège. Première réunion de crise sous la direction d’Isabelle pour une définition d’un plan d’action à TRÈS court terme.

– Gaëtan : en charge de regarder l’état des stocks d’urgence (matériel hydro, biscuits protéinés..) avec le service achats expéditions et de plancher sur l’acheminement des stocks.

– Raphael, chargé des RH expatriées : doit nous faire la liste de tous les expatriés mobilisables par corps de métier.

– Contact avec William, responsable de l’équipe d’Urgence, pour faire partir les 3 personnes actuellement au siège.

– Isabelle et Anne-Catherine doivent appeler tous nos bailleurs de fonds.

L’équipe d’Isabelle se coordonne avec le centre de crise du Ministère des Affaires Etrangères pour un premier départ d’hommes et de matériel dans la journée de mercredi.

03h00 Port-au-Prince / 09h00 Paris

Constitution de la cellule de crise à Paris au niveau de la direction ACF. L’enjeu est d’organiser la coordination de tous les départements pour la mise en œuvre d’une réponse RAPIDE  & efficace.

Olivier du département des RH et sa collègue Isabelle prennent en charge l’appel aux familles.

03h30 Port-au-Prince / 09h30 Paris

Les questions des journalistes sont nombreuses pour recueillir des informations sur la situation sur place.

William, responsable du pool d’urgence, actuellement au Tchad appelle Florence pour lui donner les contacts d’Aquassistance, notre partenaire technique pour les stations de traitement de l’eau. Il faut absolument voir s’ils peuvent nous mettre à disposition du personnel et du matériel

04h30 Port-au-Prince / 10h30 Paris

Florence et François se mobilisent pour répondre à la presse tandis qu’Isabelle et son équipe organisent l’envoi de matériel à l’équipe d’Haïti : téléphones, ordinateurs, T-shirts, kits d’intervention en eau et biscuits. La liste s’allonge.

05h00 Port-au-Prince / 11h00 Paris

Les 3 experts techniques de l’équipe d’urgence d’ACF sont mobilisés pour prendre l’avion affrété par le gouvernement français vers Port-au-Prince à 15h. Raphaël a réuni 5 autres personnes dont les départs vont s’étaler du lendemain au surlendemain

06h00 Port-au-Prince / 12h00 Paris

Un appel aux dons d’urgence est lancé par ACF.

Isabelle et Florence appellent Olivier pour lui annoncer l’arrivée des supports humains et matériels.  Il raconte alors que les secousses continuent et qu’il n’a pas vraiment réussi à se reposer. Il va tenter d’aller au bureau.

L’équipe d’ACF basée dans la ville de Gonaïves s’apprête à acheminer tout le matériel disponible comme des stations de traitement d’eau alors que le personnel à Port-au-Prince installe une nouvelle cellule d’opérations provisoire dans le jardin de la maison ACF.

07h00 Port-au-Prince / 13h00 Paris

Les JT montrent que la plupart des habitations ainsi que les structures officielles telles que le Palais Présidentiel et le Siège de l’ONU ont été totalement détruites. Les équipes présentes sur place font les premières évaluations des besoins

08h00 Port-au-Prince / 14h00 Paris

Une voiture ACF quitte Gonaïves avec à son bord Sophie, coordinatrice logistique, Pascal, ingénieur hydraulicien et Uwimana, notre coordinatrice nutritionniste. Objectif : rallier Port-au-Prince pour leur apporter du matériel, de l’essence et du support à Olivier, Julien et notre équipe haïtienne. Selon la MINUSTAH la route est praticable.

Olivier est arrivé au bureau. Il a du finir le trajet à pied. Les rues ne sont pas praticables. Nos locaux sont éventrés. Nos voitures sont ensevelies sous les gravats, le premier étage s’est empilé sur le RDC… Notre personnel national n’est pas là mais on les comprend. Beaucoup habitent loin et ils doivent s’occuper de leurs familles. Nous espérons qu’ils ont passé une nuit correcte. Olivier récupère quelques ordinateurs dans les décombres.

Il estime qu’il y a en moyenne deux maisons sur trois de détruites mais que ces destructions ne sont pas homogènes… Il va partir explorer les environs.

09h00 Port-au-Prince / 15h00 Paris

Trois employés de la cellule d’urgence d’ACF et un coordinateur de programmes expérimenté décollent de Paris avec un hydraulicien d’Aquassistance, expert dans le traitement de l’eau.

Un deuxième fret ACF est prévu pour acheminer sur place le matériel nécessaire à la prise en charge des victimes en termes d’alimentation et de conditions sanitaires.  ACF craint que le manque d’eau potable se fasse ressentir cruellement et rapidement sur place et privilégie donc ce type de matériel dans l’avion.

10h00 Port-au-Prince / 16h00 Paris

Les nombreux pillages et la multiplication des répliques sismiques ont instauré un climat de peur et tiennent la population éloignée des habitations sans moyens de subsistances ou sanitaires, ce qui inquiète beaucoup les équipes d’ACF.

Une réorganisation des horaires de travail de l’équipe à Paris doit être mise en place afin de pouvoir travailler en parallèle avec la mission.

11h00 Port-au-Prince / 17h00 Paris

Pascal Nègre nous appelle pour nous annoncer un grand partenariat Universal Music / ACF sur l’urgence Haïti.

14h00 Port-au-Prince / 20h00 Paris

Entre deux interviews télé, Florence et François font un premier point de situation avec le président de l’organisation et les membres du CA.

16h00 Port-au-Prince / 22h00 Paris

Le vol MAE a décollé d’Istres avec les six membres du personnel d’ACF à son bord.

17h00 Port-au-Prince / 23h00 Paris

Les équipes en provenance de Gonaïves sont sur le point d’arriver à Port-au-Prince. Ils auront mis deux heures pour faire les 20 derniers kilomètres.

Dernier point de la journée avec les équipes de Port-au-Prince.

  • Toujours pas de nouvelles de Diem (notre psy haïtien) et de Berthony (admin)
  • Une première réunion entre ONG a pu se tenir. Elle a permis de faire un premier bilan des capacités des uns et des autres. Le groupe des CDMs va essayer de retrouver les UN et de fixer un rendez-vous quotidien avec eux.
  • Problématique de la gestion des corps : il n’y a plus de morgues dans la ville.
  • Problématique de la gestion des excréments : les gens défèquent en plein air. La mission envisage la distribution de sacs en plastique avec des points de collecte quartier par quartier.
  • La mission doit évaluer quelles sont les conditions d’accès à la nourriture : il n’y a plus de boutiques ouvertes, plus de marchés.

Les équipes s’agglutinent dans le jardin de la maison. Le bâtiment penche : pas question de rester à l’intérieur.

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte