Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

enfant-syrie-camp-refugie-syrien-ong-13 Florian Seriex pour Action contre la Faim

Communiqués de presse

10 ans de conflit en Syrie

6 personnes sur 10 ont du mal à se nourrir

Avec l’effondrement de la livre syrienne et la montée en flèche de l’inflation, la population, épuisée par dix ans de conflit, développe des mécanismes de survie extrêmes. « Nous constatons que de nombreux enfants abandonnent l’école pour aller travailler et que le nombre de mariages d’enfants augmente dangereusement », explique Muflahi.

L’accès à la nourriture est cité par la population comme le besoin numéro un du moment, suivi de près par l’emploi, les moyens de subsistance et le logement. La pénurie de carburant dans le pays aggrave considérablement la situation humanitaire : « les coûts de fonctionnement des machines agricoles deviennent inabordables pour de nombreux agriculteurs et les journaliers doivent réduire leurs heures de travail pour faire la queue pendant des heures dans les stations d’essence ».

 

Les femmes syriennes, décisives pour l’avenir du pays

 

« La fin de la crise syrienne ne sera possible qu’avec l’inclusion et la participation pleine et active des millions de femmes touchées par la faim et le conflit, dont la résilience et la détermination continuent de prospérer malgré dix ans de guerre et les innombrables dangers auxquels elles ont été et continuent d’être confrontées. Même si elles ont perdu des êtres chers dans le passé, elles continuent à se battre jour après jour. Elles deviennent des soutiens de famille, trouvent des moyens de travailler, gagnent un revenu et s’assurent en même temps qu’elles prennent soin de leur famille. La sortie de crise n’est possible que si les femmes sont placées au centre des processus participatifs », déclare Eiman Zarrug, de l’équipe d’Action contre la Faim en Syrie.

De plus, l’anémie chez les femmes et la malnutrition chez les femmes enceintes est l’un des problèmes les plus préoccupants pour Action contre la Faim : « Plus d’un demi-million de femmes enceintes n’ont pas accès à des services de santé adéquats, et l’anémie due au manque de micronutriments aura un impact majeur sur l’état de santé de leurs bébés à la naissance. Un grand nombre de ces conséquences seront irréversibles chez l’enfant, limitant leur capacité d’apprentissage et leur croissance physique », explique Chiara Saccardi, responsable géographique d’Action contre la Faim pour la Syrie. « Outre le mariage des enfants, les femmes ont souffert de l’augmentation des violences domestiques et du harcèlement sexuel qui se multiplient de manière exponentielle dans les contextes de conflit », ajoute-t-elle.

 

Il est temps de regarder devant soi

 

Les besoins actuels du pays sont radicalement différents de ceux d’il y a dix ans. Pour Action contre la Faim, il est temps, sans renoncer à l’aide d’urgence immédiate, de déployer et de financer des programmes à moyen terme pour restaurer les réseaux d’eau, les écoles et les hôpitaux et de se concentrer sur les solutions pour produire de la nourriture. « La distribution d’eau par camion-citerne ou de rations d’aide alimentaire ne peut plus être la solution. Elle n’est ni durable ni digne pour les personnes après dix ans. Il est temps de s’attaquer à la réhabilitation d’un pays épuisé par dix ans de guerre en facilitant le retour à leur villes et communautés en toute sécurité. J’insiste sur le mot « sécurité » car près de cinq millions de réfugiés se trouvent toujours dans les pays voisins et plus de six millions de personnes sont encore déplacées à l’intérieur du pays », déclare Hélène Michou, coordinatrice du plaidoyer pour la crise syrienne. À court terme, Action contre la Faim plaide également pour une exemption urgente des sanctions internationales sur l’aide humanitaire, ce qui faciliterait le transfert de fonds de l’étranger vers les banques du pays.

 

Action contre la Faim travaille en Syrie depuis 2008

 

Action contre la Faim travaille en Syrie depuis 2008 avec une équipe de 140 professionnels de l’humanitaire. Notre aide touche 2,3 millions de personnes dans 14 collectivités locales (gouvernorats). Depuis le début du conflit, notre aide a été déterminante pour garantir l’accès à l’eau potable aux populations les plus touchées. Nous avons également soutenu les moyens de subsistance et déployé une aide alimentaire, des programmes de santé mentale et des abris. Action contre la Faim est l’une des rares organisations internationales qui a pu travailler en Syrie depuis le début du conflit.

10 ans de conflit et de famine en Syrie

Les chiffres clés : 

  1. 13,4 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire. C’est deux fois plus qu’en 2011.
  2. 9,3 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire (absence de nourriture disponible ou d’accès durable à une alimentation saine). 2,2 millions d’autres personnes sont exposées à un risque imminent d’insécurité alimentaire.
  3. Le panier alimentaire de base a augmenté de 250 %. Il comprend des produits tels que le riz, le pain, le blé, les lentilles, le sucre et l’huile végétale.
  4. 6,1 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays et 5 millions de réfugiés ont fui le pays. Plus de 90 % des réfugiés se trouvent dans les pays voisins (Turquie, Liban, Jordanie, Irak).

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.