Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Cameroun agroecologie action contre la faim © Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

La sécurité alimentaire et l’agroécologie

Depuis plus de 40 ans, Action contre la Faim agit concrètement pour assurer la sécurité alimentaire des personnes à travers le développement de l’agriculture responsable.

Nous avons choisi ce petit kit de plantation comme symbole de notre expertise en sécurité alimentaire et agroécologie et vous proposons de découvrir certaines de nos activités associées à ces thématiques.

 

Qu’est-ce que la sécurité alimentaire ?

Il s’agit de la situation d’une personne ayant un accès physique et financier à une nourriture en qualité et quantité suffisante, respectant ses préférences culturelles, et ce tout au long de l’année, afin de garantir une vie saine et active.

 

Quelles sont les causes de l’insécurité alimentaire ?

Les facteurs de l’insécurité alimentaire sont multiples. Les conflits, les changements climatiques, le manque d’accès à l’eau potable, la pauvreté liée aux chocs économiques et aux inégalités sont autant d’éléments qui peuvent entraîner la malnutrition dans des populations vulnérables.

La faim est en augmentation pour la quatrième année consécutive selon le rapport 2020 sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition (SOFI). Elle touchait 690 millions* de personnes dans le monde en 2019, en causes : les conflits, les inégalités économiques et la crise climatique. 

Le programme alimentaire mondial (PAM) estime que le nombre de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire aiguë devrait augmenter de 130 millions en 202, soit deux fois plus qu’en 2019*.

Comment Action contre la Faim assure l’accès à l’alimentation ?

Notre objectif est de permettre aux populations d’accéder à une nourriture adéquate pendant et après des situations de crises de la manière suivante :

  • Répondre aux besoins immédiats en nourriture des populations vulnérables (populations déplacées et réfugiées, communautés hôtes)
  • Permettre le retour à l’autonomie alimentaire des populations affectées par les désastres, les conflits ou l’insécurité alimentaire chronique
  • Infléchir les cadres et politiques de la sécurité alimentaire de façon à éradiquer la faim

En 2019, Action contre la Faim a mené 252 programmes en sécurité alimentaire ce qui a permis de venir en aide à plus de 2,4 millions de personnes.

Nous proposons des solutions pour une plus grande résilience des populations locales. L’une des solutions que nous promouvons est l’intégration de l’agroécologie dans l’agriculture paysanne de nos pays d’intervention.

Aujourd’hui, un des défis majeurs pour l’agriculture demeure sa capacité à assurer une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable pour une population mondiale de plus en plus croissante et de plus en plus urbanisée.

L’agriculture mondiale est à la « croisée de chemins » de deux modèles agricole et un besoin de changement radicale est nécessaire.

D’un côté, il y a le modèle de l’agriculture industrielle/conventionnelle poursuivie sans relâche depuis la seconde guerre mondiale.

De l’autre côté, le modèle agro-écologique qui privilégie une approche territoriale, axée sur le développement et la mise en valeur des ressources naturelles, sur les investissements en faveur de l’agriculture familiale, en se basant sur les connaissances indigènes existantes et en valorisant au mieux les capacités locales.

Action contre la Faim s’est engagée à soutenir l’agroécologie et renforcera davantage ce positionnement à travers ses activités de plaidoyer et ses interventions sur le terrain.

Qu’est-ce que l’agroécologie ?

 

L’agroécologie est une approche agricole qui recherche les moyens d’améliorer les systèmes agricoles en imitant les processus naturels, créant ainsi des interactions et synergies biologiques bénéfiques entre les composantes de l’écosystème.

 

Pourquoi Action Contre la Faim promeut l’agroécologie?

 

Nous considérons l’agroécologie comme la meilleure approche agricole en sécurité alimentaire, en particulier pour les populations les plus vulnérables. Elle permet d’augmenter les rendements, souvent plus que l’agriculture conventionnelle, apportant ainsi des solutions alternatives et locales aux enjeux de l’insécurité alimentaire.

"L'AGRICULTURE FAMILIALE ASSURE 80% DE LA PRODUCTION ALIMENTAIRE MONDIALE"
Action contre la Faim

En plus de ses impacts positifs prouvés en terme de nutrition et de sécurité alimentaire, Action contre la Faim promeut une approche d’agroécologie qui :

  • Place le soutien aux petits producteurs et à la petite agriculture familiale au centre de sa stratégie d’agriculture durable.
  • Favorise l’utilisation durable de la biodiversité agricole. La conservation de la biodiversité agricole est un moyen de faire face aux futurs défis et incertitudes liés au changement climatique, incluant la réduction de la disponibilité des ressources naturelles
  • Impulse des opportunités d’emplois pour les zones rurales et urbaines des pays qui cumulent une forte croissance démographique et un fort taux de chômage au sein de la population active et jeune.
Cameroun agroecologie action contre la faim © Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

Action Contre la Faim en Haiti © Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

tchad - Préserver © Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

Christophe Da Silva pour Action contre la Faim

1/3

Quelques succès de l’agroécologie :

  1. Les années de sécheresse, le maïs biologique a obtenu de meilleurs rendements que le maïs conventionnel1
  2. Une méta-analyse a montré que l’agriculture biologique peut augmenter les rendements de 80 % dans les pays en développement2
  3. En cas d’inondation, les parcelles en agroécologie retiennent 40 % de sol superficiel en plus3
  4. Le système de culture du maïs «push-pull » a permis de doubler la production de maïs et de lait au Kenya4
  5. Les systèmes agricoles mixtes peuvent entraîner une augmentation de 25 % du revenu à l’hectare sans dégradation supplémentaire de l’environnement5
  6. Le revenu des petits producteurs a augmenté de 15 à 60 % dans les systèmes de production biologiques du Costa Rica 6

En savoir davantage sur le positionnement d’Action contre la Faim en terme d’agroécologie c’est ici

En savoir davantage sur l’intégration de l’agroécologie dans l’agriculture paysanne de nos pays d’intervention ici


1 Rodale Institute (2015) The farming systems trial.
2 9Badgley (2007) Organic agriculture and the global food supply. Renewable Agriculture and Food Systems
3 Holt- Giménez (2002) Measuring farmers’ agroecological resistance after Hurricane Mitch in Nicaragua: a case study in participatory, sustainable land management impact monitoring. Agriculture, Ecosystems & Environment
4 1Khan (2011) Push–pull technology: a conservation agriculture approach for integrated management of insect pests, weeds and soil health in Africa. International Journal of Agricultural Sustainability
5 3Bos & Van De Ven (1999) Mixing specialized farming systems in Flevoland (The Netherlands): agronomic, environmental and socio-economic effects, NJAS
6 Scherr & McNeely, (2008) Farming with nature: the science and practice of ecoagriculture. Island Press, Washington, D.C

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.