Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Consultances

Programme de renforcement des systèmes et des services de santé en Côte d’Ivoire, Liberia et Sierra Leone

Publication : 08/03/2022
Date limite : 18/03/2022


Depuis les années 80, les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest, et particulièrement, la Côte d’Ivoire, le Liberia et la Sierra Leone, ont été touchés par des conflits violents, des désastres naturels (inondations) et des épidémies de grande ampleur (choléra, Ebola). Si depuis la fin de l’épidémie du virus Ebola (2014-2016), les trois pays bénéficient d’une certaine stabilité, les nombreuses crises et chocs ont mis à mal les services publics, qui peinent aujourd’hui à répondre aux besoins des populations. Les indicateurs nationaux de santé sont particulièrement révélateurs de la faiblesse des services de santé et de la précarité dans laquelle se trouvent les femmes, leurs enfants et les jeunes. Pour les trois pays, les taux de mortalité des enfants sont élevés : à l’échelle mondiale, la Sierra Leone est le second pays avec le taux le plus élevé de mortalité infantile et 4ème pour le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans.

La Côte d’Ivoire et le Liberia font partie des 25 pays avec les taux les plus élevés. Les femmes des trois pays sont particulièrement vulnérables pendant leur grossesse et accouchement. : les trois pays font en effet partie des douze pays sur 183 ayant les taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde, loin de la cible des 70 décès par 10’ 000 naissances vivantes (Cible 3.1 ODD 3), avec 1’360 décès pour 100’000 naissances vivantes pour la Sierra Leone – plaçant le pays en 1ère place au niveau mondial – 725 décès pour le Liberia et 614 décès pour la Côte d’Ivoire. Entre 26 % et 40 % des accouchements ne sont pas assistés par du personnel de santé qualifié. Les jeunes filles sont particulièrement vulnérables aux mariages et grossesses précoces.

Selon le Guttmacher Institute, 30 % des grossesses des adolescentes se terminent par un avortement, contre 12 % en Afrique de l’Ouest, notamment du fait de la faible prévalence contraceptive (entre 15 % et 25 %). En matière d’infections sexuellement transmissibles (IST), les femmes sont également plus vulnérables avec une prévalence du VIH/sida plus forte dans les trois pays et particulièrement prononcée en Côte d’Ivoire : 3,7% pour les femmes et 1,9 % pour les hommes en Côte d’Ivoire (ONUSIDA, estimations 2017). Plus inquiétant encore, parmi les 15-24 ans, moins de 30 % d’entre eux ont une connaissance approfondie du virus6 et par exemple en Sierra Leone, près de 50 % d’entre eux pensent que le VIH/sida peut être transmis en partageant un repas avec une personne atteinte (Sierra Leone MICS 2017). La couverture en traitement antirétroviral (ART) est relativement faible dans les trois pays avec des taux compris entre 29 % et 46 % (ONUSIDA).

Objectif General

Contribuer à améliorer la santé des populations vulnérables en Côte d’Ivoire, Sierra Leone et Liberia, particulièrement des femmes, des enfants de moins de cinq ans, des jeunes, via des offres de soins de qualité et adaptées à leurs besoins spécifiques

Objectif Spécifique : renforcer la qualité et l’accès aux services de santé et d’assurer la participation active de communautés et plus particulièrement des femmes et des jeunes aux enjeux nationaux de santé.

 

La date de soumission des offres avant le 18/03/2022 à l’adresse suivante : deskassistant3@actioncontrelafaim.org

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.