Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

1700-sierraleone-193-shauensteinswan_78b5480 © Samuel Shauensteinswan
pour Action contre la Faim

À la Une

Malnutrition Chronique

Un challenge pour la Sierra Leone

9 469 ménages ont été évalués dans 15 districts en se concentrant sur les enfants âgés de 6 à 59 mois et les femmes en âge de procréer (15 à 49 ans). Les équipes ont suivi de près les principaux facteurs contextuels contribuant à la sous-nutrition tels que la sécurité alimentaire, l’eau, l’assainissement et l’hygiène ainsi que les pratiques sanitaires et de soins.

Bien que la situation nutritionnelle s’améliore depuis 2008, l’épidémie d’Ebola en 2014 a ralenti la lutte contre la faim. Suite à l’épidémie, il n’y a pas eu d’amélioration significative des taux de malnutrition aiguë ou chronique. Au contraire, la situation de malnutrition aiguë s’est légèrement détériorée, en particulier dans les zones urbaines.

Dans le même temps, la malnutrition chronique (retard de croissance) reste élevée ; plus de 30% des enfants souffrent d’un retard de croissance, ce qui indique une situation grave selon les standards internationaux. Si le retard de croissance n’est pas pris en charge au cours des deux premières années de la vie, les effets sont alors irréversibles par la suite : diminution du développement des capacités cognitives, motrices, du langage et de l’apprentissage. Parallèlement, 5,1% des enfants évalués sont atteints de malnutrition aiguë globale. Parmi eux, 1 % souffrent de malnutrition aiguë sévère, la forme de sous-nutrition la plus dangereuse qui menace directement leurs vies.

Des antécédents d’insuffisance pondérale ou de retard de croissance à la naissance sont un facteur de risque chez les enfants qui peuvent alors développer du surpoids ou de l’obésité plus tard dans leurs vies, ainsi que des maladies cardiovasculaires ou du diabète. Parallèlement, dans les zones urbaines pauvres et les bidonvilles, plus de 30 % des femmes interrogées sont en surpoids. Ce phénomène de sous-alimentation et de suralimentation chez les enfants et les femmes est révélateur du double fardeau et de la complexité croissante de la malnutrition dans le pays.

Les indicateurs en eau, assainissement et hygiène révèlent un manque d’accès aux ressources et de mauvaises pratiques. 80% des ménages interrogés n’ont pas accès aux toilettes/latrines et 28% n’ont pas accès à une source protégée d’eau potable. Alors que 70 % des personnes interrogées utilisent du savon, seulement 30 % d’entre elles se lavent les mains à au moins trois moments critiques.

Pour en savoir plus sur les recommandations et les résultats de l’enquête, les indicateurs nutritionnels infantiles, la santé maternelle et nutritionnelle, les résultats de mortalité, la couverture des programmes de santé, les pratiques d’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, la sécurité alimentaire et les moyens d’existence, veuillez télécharger le rapport complet et le snapshot.

 


L’enquête nutritionnelle nationale de la Sierra Leone a été entreprise par Action contre la Faim en coordination avec le Ministère de la Santé et de l’Assainissement, l’UNICEF, l’OMS, le PAM, Hellen Keller International et financée par Irish Aid. Pour de plus amples informations, veuillez contacter en anglais Jammie Victory Sankoh advcom@sl.missions-acf.org

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte