Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

kanempetitefille2__medium-1.jpg

À la Une

Sommet du G8

S'investir sur la durée pour éviter une nouvelle crise humanitaire au Sahel

kanempetitefille2__medium-1.jpg

La crise qui affecte les populations de l’Est du Sahel depuis plusieurs mois est la conséquence de nombreux facteurs conjoncturels, aggravant un contexte structurellement fragile : bilans céréaliers et pastoraux déficitaires des suites de la sécheresse, nouvelle hausse des prix des produits alimentaires de base, baisse du pouvoir d’achat et de l’accès aux denrées alimentaires des populations… La sécurité alimentaire des ménages les plus vulnérables est d’ores et déjà compromise.

 

Plus qu’apporter une réponse éphémère et ciblée à la crise alimentaire qui frappe le Sahel, il s’agit aujourd’hui de s’attaquer aux causes profondes de la faim dans cette région où près de 860 000 enfants de moins de cinq ans souffriront de malnutrition et auront besoin d’une prise en charge dans les six mois à venir. En effet, depuis plus de dix ans, la situation nutritionnelle des populations vulnérables y est préoccupante et les seuils d’urgence internationaux sont régulièrement dépassés.

 

Le gouvernement canadien a déclaré vouloir faire de la santé maternelle et infantile une des priorités du G8. A ce titre, Action contre la Faim appelle les dirigeants présents lors de ce rendez-vous à prendre des mesures concrètes et durables pour financer l’aide alimentaire et les programmes nutritionnels destinés au couple mères-enfants. Ils doivent s’investir sur la durée en débloquant les fonds préalables à la mise en place de stratégies permettant de traiter la malnutrition à grande échelle et d’apporter l’aide alimentaire nécessaire aux populations du Sahel.

Depuis plusieurs années, le G8 affiche la volonté d’atténuer l’impact de la hausse des prix des denrées alimentaires au niveau mondial, de protéger les plus pauvres des effets dévastateurs de cette inflation et de trouver des solutions à long terme à la crise alimentaire.

ACF attend ainsi des dirigeants du G8 qu’ils concrétisent cette volonté en débloquant une enveloppe d’au moins 70 millions de dollars supplémentaires avant fin juillet 2010 pour couvrir le minimum d’aide alimentaire d’urgence au Tchad et au Niger. Action contre la Faim invite pour finir, les représentants politiques du G8 à poursuivre leurs efforts pour l’accomplissement des engagements d’accroissement de l’aide pris suite aux sommets du G8 à Gleneagles et du Millénaire tenus en 2005. En effet, si la plupart des pays ont tenu leurs engagements pour 2010, certains, dont des grands donneurs, ont revu à la baisse leurs promesses ou repoussé leur échéance. L’écart s’élève à 18 milliards de dollars et l’Afrique sera le premier continent à souffrir de ce manque de fonds puisque qu’il ne percevra que 11 des 25 milliards initialement envisagés.

L’enjeu est de taille. Si rien n’est fait aujourd’hui et dans la durée, les pays du Sahel feront face à une nouvelle crise humanitaire sans précédent. Cela pourrait également ruiner les efforts consentis et les progrès réalisés en vue d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.