Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

logo_action_contre_la_faim-206.png

À la Une

Sommet de Ise-Shima 2016

Recommandations sécurité alimentaire et nutrition

logo_action_contre_la_faim-206.png

Atteindre cet engagement permettra, dans les 15 prochaines années, de faire un pas important dans l’atteinte de l’ODD n°2 (éliminer la faim et améliorer la nutrition) et des cibles nutrition de l’OMS. Cependant, sans un cadre de redevabilité financière commun et la mobilisation de ressource supplémentaires, les engagements du G7 ont de très grandes chances de ne pas être tenus.

Nous appelons les états membres du G7 à tenir leur engagement de sortir 500 millions de personnes de la faim et de la malnutrition d’ici à 2030 en :

1- Finalisant un cadre de redevabilité financière commun pour suivre les investissements contribuant à la sécurité alimentaire, l’agriculture et la nutrition de façon cohérente, transparente et comparable entre tous les membres du G7.

Un cadre de redevabilité financière commun est essentiel pour suivre les investissements des membres du G7. L’initiative de Schloss Elmau présente une opportunité unique d’adresser les lacunes des méthodologie de suivi passées et actuelles en palliant le manque de données comparables, homogènes et transparentes.

Plus spécifiquement, le cadre commun de redevabilité financière définit en 2016 doit permettre :

    • D’accroitre le suivi et la transparence des données et inclure des données désagrégées en fonction des groupes de vulnérabilités et du genre ;

    • De se mettre d’accord sur un système uniforme de comptabilisation et sur un périmètre commun des investissements comptabilisés comme contribuant à la sécurité alimentaire et la nutrition, de même qu’à un système de pondération commun ;

    • D’établir un système de suivi annuel et de définir dans le temps les actions à mener pour atteindre les engagements qui ont été pris jusqu’alors.

Dans la déclaration du sommet de Ise-Shima, les chefs d’état doivent s’engager à ce que ce cadre soit mis en oeuvre d’ici la fin de la présidence japonaise en décembre 2016.

2 – Sur la base des engagements de Schloss Elmau, accélérant les progrès dans la réalisation de l’ODD2 en s’engageant à participer au Sommet Nutrition pour la Croissance de Rio en Août et à mobiliser davantage de ressources financières.

Après le G7, le Sommet Nutrition pour la Croissance constitue la première opportunité majeure de 2016 pour sécuriser de nouveaux engagements politiques et financiers en faveur de la lutte contre la malnutrition et d’un accroissement des investissements sensibles et spécifiques à la nutrition.

Nous appelons les chefs d’Etats du G7 à :

    • Reconnaître et accentuer l’importance des investissements dans la nutrition et des politiques nutritionnelles, dans la lignée des engagements de la Seconde Conférence Internationale sur la Nutrition (CIN2) ;
    • Faire preuve de volonté politique en s’engageant à une participation de haut-niveau au Sommet de Rio Nutrition pour la Croissance et en soutenant la participation des pays à taux élevé de prévalence de la sous-nutrition ainsi que la société civile;
    • S’engager à allouer davantage de ressources lors du Sommet Nutrition pour la Croissance de Rio afin de couvrir l’insuffisance des financements en faveur de la nutrition et s’assurer que ces investissements : (a) bénéficient aux populations vulnérables, y compris aux petits producteurs, aux femmes et aux enfants, (b) conduisent à des améliorations mesurables en matière de nutrition, et (c) intègrent une dimension genre.

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte