Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

nepal_20150425_thomas6-1.jpg

À la Une

NÉPAL

L’AIDE D’URGENCE DOIT POUVOIR ARRIVER

nepal_20150425_thomas6-1.jpg

Du matériel de première urgence en accès à l’eau est en cours d’acheminement

11 tonnes de matériel sont prêtes à partir depuis à Roissy CDG (Aéroport de Paris), en partance en fonction de la capacité logistique du vol affrété par le CDC ce soir. 

  • 9.5 tonnes sont affectées au matériel d’hygiène, de traitement et de distribution en eau : stations de potabilisation, pastilles de chlorination, pompes, réservoirs, rampes de robinet de distribution, matériel de construction de latrines et pots adaptés aux petits enfants.
  • L’équipement nécessaire au montage de ‘baby friendly spaces’. Il s’agit d’espaces sécurisés dédiés aux enfants et aux mamans, accompagnés par un personnel qualifié à la prise en charge psychologique des personnes choquées. Les parents retrouvent un espace non-anxiogène pour rétablir une relation de soins avec les enfants, indispensable après une catastrophe car la santé des enfants en dépend.
  • Des bâches et tentes pour abriter les bureaux d’urgence ainsi qu’un générateur d’électricité pour maintenir les activités font également partie du colis.
  • 1 logisticien, 1 psychologue, 1 expert en eau, hygiène et assainissement ont quitté Paris hier par le vol mis à disposition par le Centre de Crise du Ministère des Affaires étrangères.

L’aéroport de Katmandou est saturé : il faut renforcer sa capacité logistique. Action contre la Faim démultiplie les canaux d’arrivée pour entrer sur le territoire dévasté. Depuis l’Inde par la route, ou le Bangladesh par les vols commerciaux, les personnels arrivent à Katmandou en fonction de l’accessibilité de l’aéroport et de la réorganisation du trafic aérien dont la capacité est réduite depuis le séisme.

L’accès du matériel de premiers secours et des professionnels internationaux de sauvetage est prioritaire dans un premier temps. Il faut absolument augmenter la capacité d’accueil de l’aéroport dès maintenant pour que toute l’aide nécessaire arrive très rapidement, notamment les réponses en eau, hygiène et assainissement.

L’eau et l’hygiène : les priorités.

A cette heure, l’eau commence à manquer dans la capitale. Au-delà de la quantité c’est la qualité qui va rapidement devenir problématique et on ignore encore l’ampleur des dégâts sur les réservoirs et les canalisations. Le risque est réel pour les victimes de la catastrophe : regroupés à plusieurs familles sous une tente, ou restés sans abri, les rescapés ont besoin d’eau potable et de sanitaires au cœur des villes. Dans les zones rurales plus éloignées, les évaluations manquent pour le moment.

« D’expérience personnelle, c’est une situation très similaire au séisme qui a touché le Pakistan en 2005. Au-delà des villes, c’est une vaste région rurale et montagneuse qui est touchée. Bien que les témoignages fassent encore défaut – faute d’accès et de communication – il est certain que les dégâts sont considérables », témoigne Vincent Taillandier, Directeur des opérations pour Action contre la Faim.

Les zones rurales, isolées, doivent recevoir une assistance humanitaire dès que possible. Rappelons que la population népalaise vit et travaille majoritairement en milieu rurale (80%). C’est là que la majorité des sinistrés attendent une assistance.

« Compte tenu de leur légèreté, lorsqu’ils se sont effondrés, les habitats en montagne ont été, espérons, moins meurtriers qu’en ville. Mais la situation des Népalais ruraux n’est pas pour autant facile. Privés de leur maison, de leur réserve alimentaire et d’accès à l’eau – un séisme de cette magnitude a certainement détruit les captages – ils sont dans une grande précarité. Comme ce fut le cas au Pakistan, l’acheminement de l’aide sera difficile et longue, il nécessitera des moyens héliportés mais aussi des convoyages plus traditionnel à dos d’âne », analyse Vincent Taillandier.

 


Porte-parole joignables à Paris et au Népal
Contact : Karima Zanifi – kzanifi@actioncontrelafaim.org – 01 70 84 72 37 / 07 60 56 07 16

Photographie : Crédit Thomas Gonnet

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.