Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

Des femmes et des enfants attendent leur tour devant l'OTP au RHC Bulri Shah Karim District Tando Mohammad Khan Sindh Pakistan le 18 aout 2020 © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

À la Une

Pakistan

Maintenir les services de santé et de nutrition durant la pandémie mondiale

Ces chiffres alarmants de sous-alimentation résultent d’une combinaison fatale d’insécurité alimentaire, de manque d’accès aux soins de santé et à l’eau potable, d’un taux de pauvreté élevé et des mauvaises pratiques alimentaires. La pandémie de la Covid-19 a ajouté d’autres difficultés à la longue liste de défis, menaçant la production agricole, l’emploi et la sécurité alimentaire des populations.

Le Sindh était la première province à déclarer les premiers cas de la COVID-19 et la première à réagir en instaurant une politique de confinement. Dans les zones rurales du Sindh, où les équipes d’Action contre la Faim interviennent, de nombreuses familles ont été prises au piège par des mesures de confinement strictes. En raison de restrictions liées au transport public, les habitants rencontraient des difficultés pour se procurer suffisamment de nourriture, vendre des denrées ou recevoir des soins médicaux. En outre, le manque de communication claire a propagé des rumeurs, décourageant les familles de se rendre aux centres de santé par crainte de contracter la nouvelle maladie. En raison de ces retards dans la détection et la prise en charge de la sous-nutrition, les centres de stabilisation d’Action contre la Faim ont admis de nombreux enfants dans des conditions très critiques.

 

ASSISTANCE D’URGENCE POUR LES ENFANTS EN DANGER

 

Kiran a amené sa petite fille de 6 mois, Ruksana, au centre de stabilisation de l’hôpital. La condition médicale grave du bébé a poussé les parents à l’amener à l’hôpital en toute urgence : « Nous avons entendu dire que si vous éternuez ou même si vous toussez, ils vous soupçonnent d’être atteint du Coronavirus et vous emmènent. Nous n’avions même pas prévu de nous rendre dans des grandes villes, alors venir ici pour se faire soigner était une décision importante pour nous ». Kiran nous a fait savoir que l’état de sa fille était si grave qu’elle n’avait aucune chance de survivre : « Elle était si malade qu’elle ne buvait pas de lait et ne pleurait même pas. Ici, elle se sent beaucoup mieux, elle a gagné de l’énergie et son visage a pris des couleurs ».

En même temps que Ruksana, une fillette de 2 ans a également été admise au centre de stabilisation. Sa mère, Mala, a expliqué à nos équipes : « Cela fait 3-4 mois que ma fille est malade, mais nous avons fait exprès d’éviter les grandes villes. Nous n’allions nulle part par peur du coronavirus« . Malgré des complications mineures, la petite fille s’est complètement rétablie et est rentrée chez elle.

Kiran Ruksana Pakistan © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

Kiran, mère d'une petite fille malnutrie de 6 mois nommée Ruksana, a reçu un traitement pour son enfant dans le service NSC, à l'hôpital DHQ le 17 août 2020 dans le district Tando Allah Yar, Sindh, Pakistan.

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

L’admission aux premiers stades de la maladie peut jouer un rôle crucial dans le rétablissement des enfants et leur développement à long terme. Cependant, de nombreuses familles ont du mal à amener leurs enfants à temps en raison des grandes distances et du manque de transports publics dû aux restrictions. Kausar Parveen a parcouru 100 kilomètres avec sa petite fille de 6 mois, Zainab, pour se rendre au service de consultations externes du centre de santé rural de Bulri Shah Karim. « Ma fille s’affaiblissait de jour en jour. Je l’ai emmenée se faire soigner dans de nombreux endroits, mais son état ne s’améliorait pas. Un agent de santé communautaire m’a parlé de ce centre, c’est pourquoi j’ai amené ma fille ici, et elle va beaucoup mieux maintenant ».

kausar parveen pakistan © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

Kausar Parveen a amené sa fille de 6 mois, Zainab Fatima, pour son suivi à l'OTP au RHC Bulri Shah Karim, District Tando Mohammad Khan, Sindh, Pakistan le 18 août 2020

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère peuvent recevoir un traitement médical dans plus de 260 cliniques à travers le Sindh rural. Malgré les mesures de confinement liées à la COVID-19, les équipes d’Action contre la Faim se sont lancées dans une course contre la montre pour maintenir les services de nutrition dans huit districts de la province.

En plus des services de consultations externes, des centres de stabilisation restent ouverts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et reçoivent des patients souffrant de malnutrition et présentant de graves complications. « Nous recevons des patients amaigris et faibles, mais après traitement, ils sont stabilisés. En moyenne, nous gardons les patients ici pendant 10 à 15 jours. Nous nous assurons que les enfants sont complètement stables avant de les laisser partir », explique le docteur Sohni Laghari, médecin au Centre de stabilisation nutritionnelle de Tando Allah Yar. « Nous avons reçu des kits comprenant des désinfectants, des gants et des masques pour pouvoir continuer notre travail facilement ».

Dr. Sohni Laghari femme medecin service NSC a l'hopital DHQ le 17 aout 2020 dans le district Tando Allah Yar Sindh Pakistan. © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

Dr. Sohni Laghari, femme médecin, service NSC, à l'hôpital DHQ le 17 août 2020 dans le district Tando Allah Yar, Sindh, Pakistan.

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Le Dr. Sohni Laghari femme medecin examine Zamin Ali un enfant de 4 ans souffrant de malnutrition dans le service du NSC a l'hopital DHQ le 17 aout 2020 dans le district Tando Allah Yar Sindh Pakistan. © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

Le Dr. Sohni Laghari, femme médecin, examine Zamin Ali, un enfant de 4 ans souffrant de malnutrition dans le service du NSC, à l'hôpital DHQ le 17 août 2020 dans le district Tando Allah Yar, Sindh, Pakistan.

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Dr. Sohni Laghari femme medecin service NSC a l'hopital DHQ le 17 aout 2020 dans le district Tando Allah Yar Sindh Pakistan. © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

Dr. Sohni Laghari, femme médecin, service NSC, à l'hôpital DHQ le 17 août 2020 dans le district Tando Allah Yar, Sindh, Pakistan.

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

1/3

LES AGENTS DE SANTÉ LOCAUX APPORTENT DES SERVICES INDISPENSABLES AU SEIN DES COMMUNAUTÉS

 

En 2020, les équipes d’Action contre la Faim ont traité 111 828 cas de malnutrition aiguë sévère chez les enfants. Un vaste réseau de plus de 2000 agents de santé communautaire opère dans les villages et les zones difficiles d’accès pour dépister et identifier les enfants malnutris et effectuer des visites de suivi au seuil de chaque foyer. Ils sont en contact permanent avec les assistants nutritionnels, de sorte que les enfants sont suivis régulièrement et conformément à leur traitement médical.

 

sadaf pakistan © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

Sadaf, agent de santé communautaire, effectue des visites à domicile dans le village de Urs Soho Jo Kot, district de Tando Allah Yar, le 19 août 2020.

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

sadaf pakistan 2 © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

Sadaf, agent de santé communautaire, consulte une femme enceinte lors de visites à domicile dans le village de Urs Soho Jo Kot, district de Tando Allah Yar, le 19 août 2020.

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

sadaf pakistan 3 © Khaula Jamil pour Action contre la Faim

Pakistan

Sadaf, agent de santé communautaire (ASC), consulte la mère d'un patient lors d'une visite à domicile dans le village Urs Soho Jo Kot, district Tando Allah Yar, le 19 août 2020.

© Khaula Jamil pour Action contre la Faim

1/3

Même si le taux mondial de mortalité infantile diminue, un pourcentage stupéfiant de 6,9 % des enfants au Pakistan meurent encore avant leur cinquième anniversaire à cause de la sous-alimentation. Pour ramener ce chiffre à zéro, nous devons changer la façon dont la faim est perçue et abordée au sein des communautés et des institutions. Le Pakistan est sujet à de multiples catastrophes, telles que la sécheresse, les invasions de criquets, les inondations et les vagues de chaleur qui fragilisent encore davantage les populations rurales, souvent défavorisées et vulnérables. Mettre fin à la sous-alimentation doit être notre objectif commun.


*Action contre la Faim met en œuvre le « Programme pour une meilleure nutrition dans le Sindh (EU PINS) », financé par l’Union européenne. Il comporte trois volets axés sur la sensibilisation, le traitement de la sous-nutrition (PINS 2) et la prévention (PINS 3). La composante PINS-2 est mise en œuvre dans 8 districts: Tando Allah Yar, Tando Muhammad Khan, Sajawal, Thatta, Shikarpur, Kambar Shahdadkot, Larkana et Matiari.

**Tous les entretiens ont été réalisés en août 2020.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.