Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

NGCamp_BFS (1) © Léa Vollet
pour Action contre la Faim

À la Une

Ethiopie

Libérer la parole des réfugiés Sud Soudanais

« Je m’appelle… » L’une après l’autre, les mères disent leur nom. Assises en cercle sur un matelas, elles forment un groupe de discussion dont personne ne se sent exclu. Sur leurs genoux, les bébés sucent des sachets d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, une pâte épaisse conçue pour traiter la sous-nutrition. Les plus vieux s’amusent, en s’emparant des jouets qui traînent partout.

« Comment vous débrouillez-vous avec votre enfant dernièrement ? » lance Nyaluak, l’assistante psychosociale. Les langues se délient et les femmes échangent leurs expériences. Certaines parlent fort, d’autres se contentent d’écouter. Dans un camp de réfugiés, il y a beaucoup à dire.

"Elles ont vécu et vivent toujours ce qui est peut-être le pire des cauchemars que l’on peut connaître."
Geta
Nguenyyiel, responsable du programme de santé mentale et de pratiques de soins

« Ce groupe de discussion est important pour les mères » affirme Geta, responsable du programme de santé mentale et de pratiques de soins du camp de réfugiés de Nguenyyiel. « Ce sont des réfugiées : elles ont dû quitter leur pays, leur maison, certains de leurs proches se sont fait tuer. Beaucoup d’entre elles ignorent ce qui est arrivé à d’autres membres de leur famille, ne savent pas si leur mari est vivant ou mort. Elles sont traumatisées. Ici, c’est un endroit sécurisant et amical. Elles y rencontrent d’autres mères, peuvent parler et faire part de leurs idées à notre équipe ».

Le camp de Nguenyyiel est l’un des sept camps de réfugiés de la région de Gambella, frontalière du Soudan du Sud. 86 000 réfugiés soudanais du sud y vivent. Au total, la région de Gambella accueille quelque 405 000 personnes, des femmes et des enfants pour la plupart. Ce chiffre équivaut à la population éthiopienne de cette région.

NGCamp_Geta (3)

Nguenyyiel camp

© Léa Vollet pour Action contre la Faim

NGCamp_BFS (12)

Nguenyyiel camp

© Léa Vollet pour Action contre la Faim

NGCamp_BFS (1)

Nguenyyiel camp

© Léa Vollet pour Action contre la Faim

NGCamp_BFS (14)

Nguenyyiel camp

© Léa Vollet pour Action contre la Faim

1/4

L’équipe d’Action contre la Faim intervient pour combattre la sous-nutrition via des programmes de santé et de nutrition, mais aussi en procurant un soutien psychologique pour aider les gens. La salle spécialement aménagée pour les bébés offre un espace propre et sécurisé aux femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu’à leurs enfants de moins de deux ans. Elle a été ouverte pour prévenir la malnutrition au moyen d’activités d’intervention en santé mentale et en pratiques de soins.

« Nous appelons cet endroit “espace spécial bébés”, parce qu’ici les mères peuvent prendre le temps d’être avec leurs enfants et d’interagir avec eux. Avec la terrible expérience de la guerre et leur statut de réfugiée, il leur est difficile d’avoir le temps de créer un lien avec leur bébé. Pendant la journée, elles doivent aller chercher de l’eau, à manger, du bois de chauffage ou une assistance médicale. »

Pendant la séance de soutien de groupe entre mères, l’intervenante psychosociale fournit également des informations sur les meilleures pratiques de soins aux enfants, comprenant des conseils sur l’hygiène, la nutrition et la santé pour éviter que les enfants ne tombent malades ou ne souffrent de sous-nutrition. À l’aide d’un poupon, elle montre la bonne position pour allaiter. Les mères participent à l’atelier massage et bain de bébé ainsi qu’aux séances de gestion du stress et de sensibilisation aux meilleures pratiques de soins mère-enfant.

« Nous leur posons des questions sur leurs pratiques et nous travaillons à partir de ce qu’elles nous disent, explique Geta, nous n’appliquons pas du tout une approche du haut vers le bas. Il y a beaucoup de connaissances fondées sur des habitudes culturelles qui sont bonnes pour les enfants. En revanche, certaines pratiques ont un effet néfaste, comme donner de l’eau et du sel à un enfant malade, ou jeter le colostrum parce qu’il est considéré comme « sale ». Le colostrum est le premier lait, jaunâtre et épais, riche en anticorps. »

Signature-Lvollet

Léa Vollet
Chargée de Communication
 

Dans la région de Gambella, Action contre la Faim opère dans les camps de réfugiés et au sein des communautés éthiopiennes pour prévenir et combattre la malnutrition. Nos activités sont soutenues par la direction générale pour la protection civile et les opérations d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO), par le Bureau des populations, des réfugiés et des migrations (BPRM), par Affaires mondiales Canada (AMC) et par l’Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (SIDA).

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte