Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

À la Une

Les Etats membres de l'OMS prêts à s'engager sur une réduction globale de la malnutrition aigüe

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

 

LA MALNUTRITION AIGUE ENFIN A L’AGENDA DE l’OMS

 

La malnutrition aiguë sévère tue 1 million d’enfants par an, sans pour autant être reconnue par l’ensemble des pays et organisations internationales comme un enjeu de santé publique majeur. Action contre la Faim, aux côtés d’autres organismes, œuvre activement pour qu’elle soit pleinement intégrée aux politiques de santé et a demandé son inscription dans le texte soumis à l’adoption. L’objectif n°6 du texte, qui prévoit la réduction et le maintien à moins de 5% de la malnutrition aiguë est une reconnaissance importante – quoique tardive et incomplète  – de la malnutrition aiguë comme une priorité de santé publique.

 

Cependant, Action contre la Faim estime que l’objectif  d’une réduction globale de 50% de la prévalence de la malnutrition aiguë d’ici 2025 serait à la fois plus clair et plus concret.  

 

LA PLACE DES ETATS

 

Elle demande aussi que chaque pays, selon sa situation et ses possibilités, s’approprie sur le plan national cet objectif mondial d’une réduction drastique de la malnutrition, en adoptant à son niveau des politiques ambitieuses.

Action contre la Faim rappelle également qu’au-delà de la réduction de la prévalence de la sous-nutrition, les Etats ne doivent pas négliger l’amélioration des systèmes de prise en charge des enfants déjà malnutris, permettant  ainsi d’éviter la mort d’enfants de moins de 5 ans affectés.

Ainsi, afin que la malnutrition aigüe soit enfin reconnue au niveau de l’OMS comme un problème de santé publique et que des engagements politiques clairs soient pris par les Etats, Action contre la Faim insiste sur la nécessité:

 

  • de fixer l’objectif global de réduire de 50% le taux de sous-nutrition aiguë d’ici 2025
  • que les Etats s’approprient cet objectif en adoptant des plans d’action et des politiques nationales ambitieux, axés sur des mesures qui ont fait leur preuve en matière de lutte contre la malnutrition
 

Dans ce cadre, ACF, avec ses partenaires Concern Worldwide et Helen Keller, organisent une conférence le 21 mai à Genève: « Malnutrition aiguë : Renforcer l’engagement politique lors de l’Assemblée Mondiale de la Santé et au-delà »

 

  • QUELLES SONT LES MESURES QUI MARCHENT ?
  • COMMENT LES APPLIQUER  A L’ECHELLE NATIONALE, PAYS PAR PAYS ?
  • COMBIEN CELA COUTE-T-IL DE LUTTER EFFICACEMENT CONTRE LA MALNUTRITION AIGUE QUI, CHAQUE ANNEE, TUE 1 MILLION D’ENFANTS ?
 

Pour répondre à ces questions et assurer que la lutte contre la malnutrition aiguë soit placée au cœur des priorités des gouvernements à un moment crucial, Action contre la Faim et ses partenaires unissent leur voix et expertise lors de la conférence-débat.

 

Avec les interventions de :

 

  • Mr Antonio Mascarenhas Monteiro, ancien président du Cap Vert et émissaire des Nations Unies pour la nutrition en Afrique de l’Ouest  
  • Dr Francesco Branca, Directeur du département Nutrition pour la santé et le Développement, OMS
  • Dr Serge Breysse, Directeur du plaidoyer chez Action contre la Faim-France
  • Mme Gwyneth Cotes, conseillère en nutrition chez Concern Worldwide
  • Mr El Hadji Issakha Diop, Coordinateur regional du CMAM, Helen Keller International

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte