Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

logo_action_contre_la_faim-305.png

À la Une

LA MALNUTRITION A DEPASSE LE SEUIL D'URGENCE

logo_action_contre_la_faim-305.png

La semaine dernière l’organisation humanitaire internationale a réagi en fournissant en urgence des traitements à plus de 600 enfants victimes de malnutrition aigüe sévère et donc en danger de mort. Cette intervention d’ACF a été prise en charge et financée par le Département anglais pour le Développement International (DFID), dans le cadre de leur fond spécifique dédié à l’Afrique de l’Ouest.

« Malgré le climat de paix et la stabilité actuels, le pays doit faire face à de nombreux défis. Les causes de la malnutrition sont diverses et liées à de nombreux facteurs: le manque d’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à des services de santé de qualité, mais aussi l’insécurité alimentaire liée à la grande pauvreté et le manque de connaissances des bonnes pratiques d’allaitement par les mamans. » explique Béatrice Mounier, nutritionniste d’Action contre la Faim.

La région de Moyamba dispose de peu d’infrastructures de santé publiques et de personnel qualifié et formé pour soigner la malnutrition infantile. Action contre la Faim travaille avec les autorités sanitaires de quartier afin de mettre en place deux centres nutritionnels thérapeutiques pour traiter les cas de malnutrition les plus graves. L’association va également soutenir sept unités de traitement ambulatoire dans les centres de santé régionaux et ouvrir huit centres supplémentaires de traitement communautaire et de suivi des patients. Les programmes d’urgence d’ACF incluent la formation des personnels traitants locaux dans la détection, la prévention et le traitement de la malnutrition.

Sept ans après la fin de sa longue guerre civile, la Sierra Leone doit encore faire face au défi de la reconstruction et reste l’un des pays les plus pauvres du monde, au 180ème rang mondial sur 182 dans le classement de l’Indice de Développement Humain. Les structures de santé et de nutrition existantes sont tout à fait incapables d’assurer des soins satisfaisants pour la population, en particulier au niveau des quartiers et le taux de mortalité infantile est l’un des plus élevés au monde.

Restez informés de nos dernières nouvelles