Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

article_psys_tchad_081012-1.jpg

À la Une

Tchad

L’instinct de protection et de survie dépasse toutes les traditions

article_psys_tchad_081012-1.jpg

Dans cette région, certaines pratiques de soins traditionnelles peuvent impacter le statut nutritionnel des nourrissons: rareté de l’allaitement exclusif pendant les six premiers mois (pourtant recommandé), utilisation d’eau souvent de mauvaise qualité en complément de l’allaitement, sevrages précoces, non progressifs et sans utilisation d’alimentation de transition comme les bouillies.

 

L’espacement insuffisant des naissances, le recours chez de nombreuses mères à la sous-alimentation dans l’espoir d’éviter des bébés de gros poids et des accouchements difficiles, sont également problématiques.

 

Le programme mis en place par ACF vise à promouvoir les connaissances relatives à la nutrition et au développement de l’enfant et à favoriser des changements de comportements qui tiennent compte de ces besoins.

 

Des programmes semblables menés précédemment dans d’autres pays voisins ont fait leurs preuves, comme dans la région de Gao, au Mali: la proportion de mères qui donnaient à leurs enfants de l’eau ou du lait animal à la place du lait maternel est passée de 67% à 1% à peine en un an, et plus de la moitié des femmes admettaient après cette période pratiquer l’allaitement dès les premières heures suivant l’accouchement. En bref, comme le résumait Nuria Salse, nutritionniste: «une femme est capable d’adapter certaines croyances dès qu’elle s’aperçoit que la nouvelle pratique est bénéfique pour son enfant. L’instinct de protection et de survie dépasse toutes les traditions ».

Restez informés de nos dernières nouvelles