Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

IQ_WASH_Aida_Burnett-Cargill_28 Aida Burnett-Cargill pour Action contre la Faim

À la Une

Irak

Détecter des fuites d’eau en Irak

Aujourd’hui, en raison du changement climatique et des tensions transfrontalières qui en résultent, le niveau d’eau du Tigre baisse considérablement, ce qui pourrait affecter encore davantage les plus grandes villes du pays. Selon le dernier rapport de l’Organisation internationale pour les migrations des Nations unies, l’Irak est confronté à une crise de l’eau sans précédent, qui pourrait avoir d’autres répercussions sur les plans humanitaires, socio-économiques et sécuritaires. En outre, l’augmentation des températures et la diminution des précipitations annuelles rendent la situation encore plus critique.

Dans la ville de Dohuk, au sein de la région du Kurdistan irakien à la jonction des frontières de l’Irak, de la Turquie et de la Syrie, l’eau potable dépend beaucoup du fleuve. La ville compte plus d’un million d’habitants et s’étend rapidement avec de nouveaux quartiers et leurs banlieues, ce qui ajoute un fardeau supplémentaire aux infrastructures hydrauliques désuètes de la ville. À Dohuk, Action contre la faim coordonne des projets d’urgence et de développement visant à maintenir des niveaux durables de ressources en eau.

 

Les fuites d’eau peuvent nuire aux infrastructures et à la santé publique

 

Le défi de la gestion et de la conservation de l’eau est très présent dans la région. Un grand nombre d’approvisionnements en eau sont perdus à cause de fuites d’eau visibles ou souterraines. Un réseau d’approvisionnement en eau obsolète peut affecter davantage la qualité de l’eau et même causer des risques pour la santé publique, car des éléments contaminants peuvent entrer dans la canalisation par les ouvertures de fuites.

À Dohuk, on estime que 40 % de l’eau qui passe par le réseau de la ville est simplement perdue à cause de ruptures dans les canalisations. Malheureusement, les travaux de réparation sont souvent inefficaces et coûteux en raison des difficultés à localiser les fuites. Dans le cadre de la stratégie locale de gestion de l’eau et en collaboration avec Aquassistance, la mission Action contre la Faim en Irak a élaboré un projet novateur de « détection des fuites » visant à réduire les pertes d’eau dans le réseau de distribution d’eau de la ville de Dohuk et à garantir un accès égal à l’eau pour tous. Les avantages d’une détection précise des fuites sont considérables car elle permet d’économiser davantage d’eau, d’énergie et de frais de réparation, et donc de réduire le risque de contamination et les dommages matériels potentiels.

« Nous avons travaillé main dans la main avec les ingénieurs locaux et les experts techniques d’Aquassistance pour transférer les connaissances, la technologie et les meilleures pratiques en matière de détection, de cartographie, de hiérarchisation et enfin de réparation des fuites dans le système. L’ampleur du problème est énorme et tout aussi complexe. Cependant, une action collective, un financement accru et une campagne de sensibilisation du grand public auront un impact positif au fil du temps », explique Mme Asmaa Farooq, responsable du programme Eau et assainissement d’Action contre la Faim à Dohuk.

IQ_WASH_Aida_Burnett-Cargill_18 Aida Burnett-Cargill pour Action contre la Faim
IQ_WASH_Aida_Burnett-Cargill_25 Aida Burnett-Cargill pour Action contre la Faim
IQ_WASH_Aida_Burnett-Cargill_27 Aida Burnett-Cargill pour Action contre la Faim
IQ_WASH_Aida_Burnett-Cargill_21 Aida Burnett-Cargill pour Action contre la Faim
1/4

Petits pas vers de grands changement

 

Le projet de détection des fuites a duré 6 mois et a permis de remédier au manque de connaissances locales en matière d’équipement. Il a été mis en œuvre grâce à une formation continue sur le terrain de dix techniciens et ingénieurs locaux de la Direction de l’eau (DoW) et de quatre experts d’Action contre la Faim en matière d’eau et d’assainissement. Après la formation, quatre appareils de détection des fuites ont été attribués au DoW. Ces dispositifs de détection des fuites sont utilisés pour entendre les vibrations acoustiques du flux d’eau, ce qui permet de localiser précisément les fuites et de faciliter la réparation du réseau. Cette méthodologie innovante employée par le DoW avec le soutien d’Action contre la Faim et d’Aquassistance a permis d’identifier et de réhabiliter 59 fuites dans quatre quartiers de Malte, Grebase, Nizare et Baroshke.

Diplômé en 2008 de l’Université de Dohuk, Mevan Ahmed Haji travaille depuis lors comme ingénieur en gestion des ressources en eau. Il dirige aujourd’hui l’un des quatre départements de maintenance du quartier de Malte et a participé aux formations d’Action contre la Faim et d’Aquassistance : « Avant, nous ne nous occupions que des fuites visibles et pouvions passer jusqu’à 3 heures à essayer de trouver son emplacement exact. Maintenant, grâce à la formation et aux nouveaux équipements, nous pouvons la réparer en une heure et ainsi étendre la couverture de nos interventions dans le district. Je suis sûr que dans tout l’Irak, nous utilisons encore de vieilles pratiques et des équipements obsolètes. De tels projets aideraient certainement les techniciens et les ingénieurs locaux à améliorer les interventions de détection et à réparer les fuites plus rapidement ».

En Irak, on estime que 8,7 millions de personnes ont encore besoin d’une aide humanitaire ou de protection, notamment parmi les personnes déplacées à l’intérieur du pays, les communautés d’accueil, les rapatriés et les réfugiés syriens. Comme le niveau de l’eau baisse à un rythme sans précédent dans tout le pays, il peut en résulter un nouveau déplacement de la population, créant ainsi de nouveaux besoins en termes d’accès à l’eau potable. Pour Action contre la Faim, il est urgent de soutenir et de responsabiliser les autorités locales en mettant en œuvre des techniques innovantes de détection des fuites dans d’autres villes d’Irak.

Action contre la Faim a relancé ses activités en Irak en 2013, avec un soutien continu aux réfugiés syriens, aux personnes déplacées à l’intérieur du pays et aux communautés d’accueil. Nos équipes privilégient une approche multisectorielle, combinant tous nos domaines d’expertise tels que la santé et la nutrition, l’eau et l’assainissement, la sécurité alimentaire et la santé mentale. L’accès à l’eau et à l’assainissement est reconnu par les Nations Unies comme un droit de l’homme. Aidez-nous à le rendre réel.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.