Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

birmanie__38-1.jpg

À la Une

Augmentation de 60% en 1 mois des admissions dans les centres de nutrition d'ACF

birmanie__38-1.jpg

Une augmentation liée notamment à l’inflation et à la hausse des carburants

En l’espace d’un mois, le prix de l’essence a été multiplié par deux et celui du gaz naturel par cinq en Birmanie. Cette hausse a eu notamment pour conséquence l’augmentation du prix du riz – aliment de base la population de l’Etat du Rakhine, région dépendante des autres pour s’approvisionner dans cette denrée. En effet, du fait de l’inflation et des coûts additionnels des transports, le riz a augmenté d’un tiers en 1 mois – parvenant à un niveau jamais atteint dans les récentes années (+ 63% en 1 an dans le nord de l’Etat du Rakhine) plongeant toujours plus de populations déjà très vulnérables dans la malnutrition.

 

Une période particulièrement difficile

La population de l’Etat du Rakhine était déjà particulièrement fragilisée par une période de soudure – période entre deux récoltes où la nourriture manque – inhabituellement longue. Or plus la durée de la période de soudure est longue, plus il y a un risque de crise alimentaire.

La saison des pluies a débuté tôt cette année (en mai) et a été suivie par une période de sécheresse. De nombreux légumes ont été détruits et sur les marchés les prix ont flambé. Les pluies violentes ont également ravagés de nombreux plants de riz participant également à l’augmentation des prix.

Pour la seule ville de Sittwe, capitale de l’Etat de Rakhine, ils sont aujourd’hui 432 enfants sévèrement mal nourris suivis par ACF; ils étaient pourtant déjà 264 le 20 août dernier, pour une fréquentation se situant habituellement autour d’une centaine de personnes.

Les équipes d’ACF présentes dans cette zone depuis plus de 10 ans tentent de gérer ce flux massif d’admissions dans ses centres de nutrition, notamment grâce au soutien d’ECHO (Office d’Aide Humanitaire Européen). Aujourd’hui plus de 4000 bénéficiaires sont pris en charge grâce à la distribution de rations alimentaires. Près de 200 personnes d’Action contre la Faim travaillent dans les centres de nutrition pour distribuer les traitements ou sillonnent la région en passant de famille en famille pour expliquer la posologie et s’assurer du suivi médical des enfants.

Restez informés de nos dernières nouvelles

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Action contre la Faim.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.