Faire un don

Votre navigateur internet n'est pas à jour.

Si vous souhaitez visionnez correctement le site d'Action contre la Faim, mettez à jour votre navigateur.
Trouvez la liste des dernières versions des navigateurs pris en charge ci-dessous.

(c) Lorgerie 159 © Paul Lorgerie
pour Action contre la Faim

À la Une

République centrafricaine

Alindao, faire face à l’urgence

Les groupes armés sont passés de maison en maison, de quartier en quartier, en commettant nombre d’exactions, de tueries et de viols, déplaçant ainsi massivement la population de la ville d’Alindao et des villages alentours vers des sites de déplacés. Au total quatre sites de déplacés se sont créés faisant passer le nombre d’habitants de la ville de 20 000 à 35 000 personnes. Sur 20 à 30 kilomètres sur les axes autour de la zone les villages sont vides et les maisons brûlées, tout tombe en ruine.

La grande majorité des déplacés vivaient auparavant de l’agriculture. Aujourd’hui ces personnes n’ont plus accès à leurs champs car les risques sécuritaires sont trop importants. Toutes dépendent désormais de l’aide alimentaire. La crise humanitaire en Centrafrique étant trop largement sous-financée, les distributions de nourriture se font rares et plusieurs mois peuvent parfois s’écouler entre chacune. Énormément d’enfants tombent dans la malnutrition. En à peine deux mois, environ 600 enfants atteints de malnutrition aiguë sévère ont été pris en charge par notre organisation. Tout laisse à penser que les seuils d’urgence seront bientôt complètement dépassés, une catastrophe annoncée.

Pour faire face à la crise, nos équipes travaillent en support des deux structures sanitaires sur place : l’hôpital de district et le centre de santé urbain. Avec une autre ONG internationale, nous travaillons avec le peu de personnel présent, en les formant sur le protocole de prise en charge de la malnutrition et en leur apportant notre expertise en la matière. Nous mettons également en place des cliniques mobiles grâce auxquelles des infirmiers et des sages-femmes peuvent prendre directement en charge les personnes à travers des activités nutritionnelles mais aussi des activités de santé primaire : maladies de l’enfance, santé reproductive et accouchement.

Malnutrition hôpital © Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

République centrafricaine 2018

A Alindao, Action contre la Faim soutient le département Nutrition de l'hôpital de la ville. // Depuis février 2018, Action contre la Faim intervient dans la ville d’Alindao, au sud de la République centrafricaine, pour porter assistance aux 35 000 personnes déplacées sur quatre sites. La région de la Basse-Kotto a été e théâtre de violents affrontements entre groupes armés en mai 2017, provoquant le déplacement massif de populations vers Alindao, aujourd’hui dans une situation d’urgence.

© Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

WASH Evêché © Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

République centrafricaine 2018

A Alindao, Action contre la Faim soutient le département Nutrition de l'hôpital de la ville. // Depuis février 2018, Action contre la Faim intervient dans la ville d’Alindao, au sud de la République centrafricaine, pour porter assistance aux 35 000 personnes déplacées sur quatre sites. La région de la Basse-Kotto a été e théâtre de violents affrontements entre groupes armés en mai 2017, provoquant le déplacement massif de populations vers Alindao, aujourd’hui dans une situation d’urgence.

© Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

SMPS Afaps © Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

République centrafricaine 2018

A Alindao, Action contre la Faim soutient le département Nutrition de l'hôpital de la ville. // Depuis février 2018, Action contre la Faim intervient dans la ville d’Alindao, au sud de la République centrafricaine, pour porter assistance aux 35 000 personnes déplacées sur quatre sites. La région de la Basse-Kotto a été e théâtre de violents affrontements entre groupes armés en mai 2017, provoquant le déplacement massif de populations vers Alindao, aujourd’hui dans une situation d’urgence.

© Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

SMART Elim © Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

République centrafricaine 2018

A Alindao, Action contre la Faim soutient le département Nutrition de l'hôpital de la ville. // Depuis février 2018, Action contre la Faim intervient dans la ville d’Alindao, au sud de la République centrafricaine, pour porter assistance aux 35 000 personnes déplacées sur quatre sites. La région de la Basse-Kotto a été e théâtre de violents affrontements entre groupes armés en mai 2017, provoquant le déplacement massif de populations vers Alindao, aujourd’hui dans une situation d’urgence.

© Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

Malnutrition hôpital © Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

République centrafricaine 2018

A Alindao, Action contre la Faim soutient le département Nutrition de l'hôpital de la ville. // Depuis février 2018, Action contre la Faim intervient dans la ville d’Alindao, au sud de la République centrafricaine, pour porter assistance aux 35 000 personnes déplacées sur quatre sites. La région de la Basse-Kotto a été e théâtre de violents affrontements entre groupes armés en mai 2017, provoquant le déplacement massif de populations vers Alindao, aujourd’hui dans une situation d’urgence.

© Paul Lorgerie pour Action contre la Faim

1/5

Nous intervenons également sur les problématiques liées à l’eau, l’hygiène et l’assainissement sur les sites de déplacés. Dès notre arrivée nous avons créé 14 forages, à la fois dans les quartiers et dans les sites de déplacés, en conservant une approche neutre entre les différentes communautés. Grâce à cette activité visible, nos équipes ont pu gagner plus facilement l’acceptation des différentes populations et des groupes armés.

Nous avons également mis en place sur les sites de déplacés des réseaux d’eau pour arriver à atteindre les standards minimums d’eau potable en urgence. En parallèle, des centaines de latrines sont en construction, ainsi que des douches et la mise en place d’un système de gestion des déchets. Sans ce type d’installations, les risques de maladies dues à une mauvaise hygiène et un mauvais assainissement sont dangereusement démultipliés dans ces sites saturés de milliers de personnes.

Enfin, nous proposons une prise en charge des traumatismes psychologiques à tous les membres de la communauté, hommes, femmes et enfants. Des espaces mère-bébé ont notamment été créés pour travailler sur le lien entre la mère et l’enfant à travers des jeux ou des séances de bain-massages.

Les mères sont invitées à faire chauffer de l’eau et remplir des bassines où elles donnent le bain à leur enfant. Tous les deux sont apaisés par ce contact privilégié – moment suspendu hors du cycle des violences et d’un quotidien extrêmement difficile. Ces programmes contribuent à la sensibilisation à l’importance de l’hygiène sur la santé, mais également à la stimulation du corps de l’enfant pour l’aider dans sa guérison.

Restez informés de nos dernières nouvelles

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Politique de confidentialité

J'accepte