Notre inquiétude sur la place du développement dans le prochain gouvernement

Notre inquiétude sur la place du développement dans le prochain gouvernement

19.05.2017

Alors que la France ne respecte qu’à moitié sa parole en matière d’Aide publique au développement (elle consacre 0,38% du RNB au lieu des 0,7% auxquelles elle s’est engagée), Emmanuel Macron, alors candidat, s’est engagé à une réforme de cette aide et à l’augmentation de la contribution nationale.

L’annonce d’un Gouvernement sans même un poste de Secrétaire au développement, constitue une déception et questionne la capacité du Gouvernement d’Edouard Philippe à tenir les engagements du candidat devenu Président.
Nous espérons que le déplacement du Président au Mali sera l’occasion pour le Gouvernement d’inaugurer la politique de développement ambitieuse et indépendante d’enjeux militaires ou diplomatiques, et indispensable pour faire face aux urgences que le monde traverse ; la situation du Mali illustrant bien l’importance de répondre aux crises par une ambition de solidarité au-delà des réponses militaires.
 
Les crises actuelles comme la famine qui menace actuellement 20 millions de personnes en Afrique et au Yémen trouvent leurs origines dans l’action politique, et c’est également là qu’est leur solution.
 
 

Contact presse :
Léa Bélorgey
01 70 84 72 21