Au Yémen, le Choléra s’ajoute à l’urgence famine

Au Yémen, le Choléra s’ajoute à l’urgence famine

18.05.2017
Yemen epidemie cholera acf
Yémen
Début de la mission : 2012
Equipe: 210 personnes
Détail de la mission

Au Yémen, une épidémie fulgurante de choléra menace la vie des populations déjà fragilisées par deux années de conflit. Action contre la Faim intensifie la lutte contre cette maladie en renforçant ses activités de prévention et d’assainissement et son support au centre de traitement du choléra de la ville d’Hodeïda.

Paris, 18 mai. Au Yémen, une épidémie fulgurante de choléra menace la vie des populations déjà fragilisées par deux années de conflit. Action contre la Faim intensifie la lutte contre cette maladie en renforçant ses activités de prévention et d’assainissement et son support au centre de traitement du choléra de la ville d’Hodeïda.

En moins d’un mois, 17 000 cas de choléra ont été suspectés et 209 personnes ont déjà trouvé la mort. Cette semaine, l’état d’urgence a été déclaré à Sanaa. Bien que la flambée soit concentrée sur la capitale, ce sont 18 gouvernorats qui sont touchés par la recrudescence de cette épidémie. « Nous sommes très inquiets, alerte Erin Hutchinson, directrice pays Yémen pour Action contre la Faim, la hausse spectaculaire du nombre de cas suspectés fait craindre une catastrophe humaine dans les prochaines semaines. Aujourd’hui le Yémen est à terre, autant dire que le pays ne peut pas absorber un choc comme celui-ci. Le système sanitaire yéménite est au bord de l'effondrement, cette crise l'illustre totalement


Les enfants malnutris plus vulnérables au choléra

Action contre la Faim intervient dans le gouvernorat d’Hodeïda qui concentre à lui seul 28% des enfants atteints de malnutrition aigüe sévère du pays. Extrêmement affaiblis, ces derniers ont plus de risques de succomber aux maladies diarrhéiques. Depuis début avril, une centaine de nouveau cas de choléra ont été détectés.

Déjà en novembre 2016, Action contre la Faim avait répondu à une première flambée de choléra en ouvrant en urgence un centre de traitement qui a soigné plus de 10 000 personnes. « En janvier et février, la situation semblait s'améliorer, le centre recevait moins de 20 patients par jour. Nous avions formé le personnel médical pendant plusieurs mois, nous nous sommes donc retirés du centre pour laisser sa gestion aux autorités sanitaires yéménites tout en gardant nos activités de prévention dans la ville, explique Erin Hutchinson. Face à cette nouvelle dégradation, nous renforçons nos activités en appuyant à nouveau le centre. Nous formons le personnel médical pour répondre à l’augmentation des cas et nous assurons le contrôle sanitaire des locaux.»

En plus du centre de traitement du choléra, Action contre la Faim ouvre à nouveau 11 points de réhydratation orale pour prendre en charge les cas les moins dramatiques.

Au-delà de la prise en charge du centre, les équipes  mènent des activités de prévention pour limiter la contamination et la prolifération de la maladie : séances de promotion à l’hygiène dans les communautés, désinfection des puits avec du chlore pour éradiquer la bactérie, distribution d’eau potable par camion à plus de 27 000 personnes et distribution de kits d’hygiène contenant des pastilles de traitement de l’eau.

Contact presse : Léa Vollet – +33(0)170847222 – lvollet@actioncontrelafaim.org

 

Photographie © Eric De Monval pour Action contre la Faim.