"Si Action contre la Faim n’était pas intervenue ça n’aurait pas été facile"
autres sites dans le monde

 

Urgence

  • Urgence famine au Soudan du Sud, au Nigeria, en Somalie et au Yémen

"Si Action contre la Faim n’était pas intervenue ça n’aurait pas été facile"

06.03.2015
En direct
Libéria
Début de la mission : 1990
Equipe: 52 personnes
Détail de la mission
Le combat d’Action contre la Faim s’étend jusqu’au Liberia où l’association vient en aide aux populations victimes de malnutrition. De nombreuses familles ont d’ores et déjà pu bénéficier de l’aide d’ACF et ont vu leurs moyens d’existence nettement s’améliorer.

George et Ma. Kemah, parents de 4 enfants et de 2 petits-enfants sont aujourd’hui heureux de l’apport bénéfique qu’a eu Action contre la Faim dans leurs vies. « Si ACF n’était pas intervenue ça n’aurait pas été facile. Je n’ai plus de travail depuis 2008 mais ACF a responsabilisé ma femme ; elle s’est occupée de tout à la maison, y compris des repas, du paiement de la scolarité des enfants et des frais médicaux » confit George, le mari de Ma. Kemah.

Ma. Kemah a été reçu par les équipes d’ACF en Novembre 2012 lorsque son petit-fils de 2 ans a été diagnostiqué comme souffrant de malnutrition. ACF a prescrit à Joseph un traitement thérapeutique grâce au centre thérapeutique ambulatoire jusqu’à ce qu’il ait atteint un poids normal. Ma. Kemah avait un potager qui était son unique source de revenu mais le peu de connaissances qu’elle avait de l’agriculture ne lui permettait pas d’avoir des récoltes suffisantes, jusqu’à ce qu’ACF apporte une formation aux jardiniers locaux.

Aujourd’hui, le jardin de Ma. Kemah pousse rapidement et les récoltes sont abondantes, ce qui permet à Ma. Kemah de les vendre et de nourrir sa famille. ACF a donné 7 bidons d’huile à Ma. Kemah pour lui permettre de monter son petit commerce en vendant ses récoltes sous forme de plats cuisinés. « Je suis tellement reconnaissante envers ACF de m’avoir donné l’opportunité de devenir mon propre patron. Avant j’étais tout le temps malade car je ne faisais rien, mais aujourd’hui j’ai ma propre affaire qui me permet d’aider ma famille et d’autres personnes dans le besoin » déclare Ma. Kemah.

Elle a rejoint deux associations d’épargne et de crédit (United Sisters & Women of Hope) et a pu mettre $27.850 dollars de côté grâce à la vente de ses plats cuisinés et de ses récoltes. Ma. Kemah et George se sont mariés le 25 Janvier 2015 et ont pour projet d’acheter une parcelle de terre pour y construire une maison pour leur famille.