15 millions de personnes menacées d’insécurité alimentaire au Sahel
autres sites dans le monde

 

Urgence

  • Urgence famine au Soudan du Sud, au Nigeria, en Somalie et au Yémen

15 millions de personnes menacées d’insécurité alimentaire au Sahel

02.06.2014
© ACF
Mali
Début de la mission : 1996
Equipe: 315 personnes
Détail de la mission

Action contre la Faim lance un appel aux bailleurs de fond pour faire face à la période de soudure qui risque d’affecter 15 millions de personnes au Sahel.

« Nous sommes très préoccupés par la situation de certaines zones du Sahel en terme d’insécurité alimentaire et par la réponse limitée des bailleurs de fond », explique Anaïs Lafite, Coordinatrice régionale d’Action contre la Faim en Afrique de l’Ouest. « Les niveaux de besoin témoignent de la fragilité et de la précarité des foyers les plus vulnérables de la région, de leur difficulté à surmonter les crises passées et de l’érosion croissante de leurs mécanismes d’adaptation », souligne-t-elle.

 

La hausse des prix des céréales et du fourrage, les déplacements de population provoqués par les conflits qui touchent la région, les inondations, ainsi que la malaria et les autres maladies liées aux conditions d'assainissement et d'hygiène sont les principaux problèmes auxquels les communautés les plus vulnérables doivent faire face.

 

Des régions de la Mauritanie, du Niger et du nord du Mali particulièrement affectées

La saison agricole n’a pas été mauvaise et les prix sur les marchés sont globalement inférieurs à ceux de l’année dernière. Pourtant, de nombreuses personnes vont être affectées par cette crise dans les semaines qui viennent : 300.000 personnes en Mauritanie, 800.000 au nord du Mali et plus de 2 millions dans les régions de Tahoua et de Maradi au Niger. Des céréales comme le millet et le sorgho sont vendus à des prix supérieurs à la moyenne de ces cinq dernières années. « Le contexte et les principaux indicateurs suggèrent que la situation nutritionnelle au Sahel pourrait égaler celle de 2013. L'an passé, 20 districts de la région avaient dépassé les niveaux d’urgence de malnutrition aiguë », explique  Anaïs Lafite.

 

5 millions d’enfants risquent de souffrir de malnutrition aigüe cette année

Les prévisions en terme de malnutrition infantile pour la période de soudure sont alarmantes. Pas moins de 5 millions d’enfants pourraient souffrir de sa forme aiguë. « Bien que les chiffres soient légèrement inférieurs à ceux des années antérieures, ils sont inacceptables et nous devons les faire diminuer », souligne Pilar Charle, responsable de la Nutrition pour Action contre la Faim au Sahel. « Nous travaillons dans ces pays depuis plusieurs années. Pendant la période de soudure nous renforçons les activités de prévention, de détection et de traitement de la malnutrition afin d'en diminuer l'impact », ajoute Pilar Charle.

Pour limiter les risques, Action contre la Faim met en place des mesures comme la distribution d’aliments aux familles en situation de risque et des compléments alimentaires aux personnes les plus vulnérables : (les enfants de 6 et 23 mois et les femmes enceintes).

 

Il faut une réponse immédiate et une intervention à long terme

« Pour faire face aux problèmes structurels provocant la faim de millions de femmes, d'hommes et d'enfants au Sahel, un investissement à long terme est nécessaire en plus d'une réponse d’urgence », conclut Anaïs Lafite.

En 2013, les équipes d’Action contre la Faim ont offert leur assistance à plus de 3 millions de personnes au Sahel, dans différents domaines : nutrition, sécurité alimentaire et moyens d’existence, santé, accès à l’eau, assainissement et hygiène.